Le gras c’est la vie

Dans l’esprit collectif, le gras est  souvent considéré comme le coupable de beaucoup de maux (cholestérol, obésité, maladie cardiovasculaires), qu’en est-il vraiment?

matières grasses

Dans la continuité de mon article sur la cétose, je vous propose de reconsidérer le gras et d’en savoir plus sur mes habitudes alimentaires.

Le gras un bouc émissaire parfait?

Depuis les années 1960-1970, le gras est très mal considéré, les diététiciens et nutritionnistes recommandent de l’éviter au maximum.

Ce revirement s’explique par une étude scientifique apparue durant ces années, en effet à cette époque on se demandait pourquoi les crises cardiaques devenaient de plus en plus fréquentes.

Ancel Keys, un scientifique, est parti de l’hypothèse que la consommation de graisses augmente le cholestérol et par conséquent le risque de crise cardiaque.

Pour prouver cette hypothèse, il a donc fait une étude sur 22 pays mais au final sur les 22 il n’en a retenu que 7, ainsi il n’a pas pris en compte la France présente sur les 22 pays mais absente sur la liste des 7 pays restants.

Pourquoi n’a t-il retenu que 7 pays? Mystère…

Apparemment ces pays présentaient des paradoxes pour Ancel Keys. En fait lors de l’étude sur ces pays il n’y avait aucune corrélation entre la consommation de graisses et le risque de crise cardiaque.

Il a donc estimé qu’on pourrait retirer librement les 15 pays sur 22 qui ne convenaient pas à son étude…

On est donc parti d’une étude partielle qui n’apparaît pas vraiment fondée scientifiquement pour déterminer la relation entre le gras et les crises cardiaques.

Le Time a suite à cette étude fait une couverture pas très élogieuse sur le gras:

Time-Magazine-Cholesterol

Depuis cette étude, les Etats-Unis et ensuite les autorités des autres pays ont préconisé de réduire la consommation de produits riches en graisse et d’augmenter la consommation de produits pauvres en graisses et notamment les produits glucidiques.

On peut constater aussi qu’après cette étude et ces recommandations officielles, les maladies cardiovasculaires, l’obésité et le diabète n’ont pas reculé mais au contraire ont considérablement augmenté.

Encore aujourd’hui le mythe a perduré, et en plus des maladies cardiovasculaires et consorts, on pense souvent que la graisse qu’on ingère va se stocker sous forme de graisse dans notre corps, c’est un raccourci facile mais non avéré, pourquoi pas dans ce cas penser que les légumes verts que l’on va manger vont nous donner une couleur verte?

Dans ce cas qui est le coupable?

Probablement le sucre et les produits hyper-glucidiques et surtout les produits industriels.

Mauvais gras.

Dans certains cas c’est légitime de se méfier du gras, mais encore une fois l’opinion publique paraît erronée, on dit souvent que les huiles végétales sont meilleures pour la santé.

En réalité la plupart des huiles végétales sont raffinées voire hydrogénées, et ne sont donc pas meilleures pour la santé, toutes les sources lipidiques industrielles apparaissent relativement mauvaises pour la santé, à retenir la plupart des huiles végétales (colza, maïs, tournesol, arachide) on pense aussi aux produits provenant d’élevages intensifs.

Il est essentiel de retenir que le gras industriel comme la plupart des produits industriels n’est pas compatible avec une alimentation saine et s’oppose donc à une alimentation naturelle.

Bon gras.

On a banni à tort les sources de graisses animales et désormais on parle souvent de l’huile d’olive et des poissons, des oméga 3.

En vérité les huiles à retenir sont les huiles vierges extraites à froid, (huile d’olive, huile de coco, huile de macadamia, huile de lin, huile d’avocat, huile de noisette, huile de noix…), à noter que l’huile de palme tant décriée est une bonne source lipidique si on la prend vierge et extraite à froid, la plupart du temps dans les produits industriels elle est hydrogénée.

Aussi une alternative pour faire le plein d’oméga 3 sont les graisses animales provenant d’élevage non intensifs (le saindoux, la graisse de canard, le beurre et les laitages crus…).

Voici une nouvelle couverture du Time plus récente cette fois en faveur du gras:

Time-Magazine-Eat-Butter

On peut retenir que les sources de gras naturelles sont généralement compatibles avec une alimentation saine. Les autres mammifères sont d’ailleurs consommateurs de gras.

LCHF

Et si l’ennemi ce n’était pas le gras mais le sucre.

On peut constater assez facilement qu’il y a un réel problème de santé publique, ainsi il existe donc un vrai coupable, ou plutôt plusieurs coupables, et notamment la sédentarisation de la population, les produits industriels et l’élevage intensif, (l’esprit c’est de toujours produire à moindre coût dans le soucis d’une meilleure rentabilité sans se soucier de la qualité), la consommation excessive de médicaments, de produits cosmétiques, la pollution, la liste est bien sûr non exhaustive car elle est très longue.

Partant de ces constats je me suis naturellement orienté vers une alimentation de type LCHF comprendre Low Carb High Fat, en somme je consomme des produits faibles en glucides, des produits qui ont des indices glycémiques faibles ainsi qu’une charge glycémique basse, j’évite au maximum les produits industriels et raffinés qui apportent des calories vides et sont très pauvres nutritionnellement parlant.

Sources:

Taty Lauwers: Pour qui sonne le gras?

Ancel Keys: Graisses, cholestérol et 60 ans de mensonges!

Gary Taubes: Why We Get Fat: And What to Do About It

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.